Jour 2 : MARCHE DE KHLONG LAT MAYOM – CHINATOWN

Au réveil il ne pleut plus et le ciel est partiellement dégagé. On ne sait d’ailleurs pas bien si le reliquat de brume correspond à des nuages ou à de la pollution. Petit déjeuner-buffet au cinquième étage de l’hôtel. Le choix de mets est impressionnant et propre à satisfaire la clientèle très internationale de l’hôtel : plats thaïs, plats japonais, english breakfast et grand choix de brioches et autres viennoiseries. Sans avoir vraiment faim, je me laisser tenter par du japonais (sushis et soupe miso) et Patrice reste plus classique.

Eastin grand hotel sathorn
Eastin grand hotel sathorn
Ce matin nous avons prévu d’aller au marché flottant de Khlong Lat Mayom, situé à une vingtaine de kilomètres du centre-ville. Nous prenons le métro aérien jusqu’au terminus de la ligne (station Bang Wa) puis un taxi. En cette journée de dimanche il n’y a pas trop de circulation et le chauffeur roule beaucoup trop vite à mon goût d’autant qu’il n’y a pas de ceinture de sécurité à l’arrière du véhicule. Patrice, qui suit le trajet sur son téléphone, trouve qu’il fait pas mal de détours, mais nous arrivons quand même entiers à destination pour la modique somme de 183 bahts (moins de 5 euros). Nous débarquons dans un grand marché alimentaire (ouvert seulement le week-end) très fréquenté par des locaux qui viennent en famille avec grands-parents et enfants, ainsi que par quelques touristes. L’endroit évoque un peu les gargotes de bord de Marne, près de Paris. Le marché flottant à proprement parlé est réduit à quelques barques qui proposent des légumes, des fruits, quelques plats chauds ou des mets sucrés comme du riz parfumé à la noix de coco emballé dans des feuilles de bananier.
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Promenade en bateau le long des khlongs (canaux) (100 bahts par personne pour environ 40 minutes) : nous partageons le bateau avec une famille Thaï, un couple et deux jeunes filles. Chacun d’entre eux, muni de son téléphone au bout d’une perche, passe la totalité de la promenade à faire des selfies : impressionnant ! Pendant ce temps, nous profitons du paysage. Les canaux sont assez étroits, enjambés par de rares ponts très pentus et bordés par des maisons sur pilotis. Nous croisons quelques villageois en barques. L’eau n’est pas très claire mais il y a de nombreux poissons que l’on voit bondir par endroits. Très sympa. Le lieu est paisible, bucolique, c’est étonnant à proximité d’une aussi grande ville.
Marché de Khlong Lat Mayom

Les maisons ne sont guère à l’abri des éventuelles inondations

Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom

Les longs boats avec leurs porte-bonheurs en fleurs

Marché de Khlong Lat Mayom

Poursuite de la balade à pieds le long des canaux.

Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom

Nains de jardin locaux

Nous circulons enfin au milieu du marché terrestre pour le plaisir des yeux, mais également celui de l’estomac. Nous nous régalons en particulier avec des palourdes farcies. Nous passons un moment devant un stand tenu par un kathoei (ladyboy ou shemale) qui fait le spectacle tout en servant une longue file de clients. J’ai même droit à une petite minauderie pour la photo.

Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom
Marché de Khlong Lat Mayom

Nous reprenons un taxi pour regagner le métro. Le chauffeur est plus âgé que celui de ce matin, il conduit tout aussi vite mais emprunte de nombreux raccourcis, si bien que la course ne nous coûte que 83 bahts. Cette fois nous descendons à la station de métro la plus proche de l’embarcadère de Sathorn sur le fleuve Chao Phraya qui traverse la ville. Comme il fait beau, nous optons pour le bateau touristique qui ne part que toutes les 30 minutes mais qui a l’avantage d’offrir un pont supérieur en plein air (et en plein soleil). Agréable promenade qui nous permet de découvrir les abords du fleuve.

Sur le Chao Phraya
Sur le Chao Phraya
Sur le Chao Phraya
Sur le Chao Phraya

Mélange hétéroclite de bâtiments presque en ruines et d’immeubles luxueux

Sur le Chao Phraya
Sur le Chao Phraya
Sur le Chao Phraya

 Certaines maisons ont presque les pieds dans l’eau

Sur le Chao Phraya
Sur le Chao Phraya
Sur le Chao Phraya

Nous descendons au niveau du marché aux fleurs. J’achète un mini collier de jasmin que j’accroche à mon sac et qui va me parfumer tout l’après-midi. Les fleurs sont vendues en vrac mais également sous forme de compositions florales plus ou moins élaborées, probablement destinées aux temples et aux cérémonies.

Marché aux fleurs
Marché aux fleurs
Marché aux fleurs

Les petites couronnes sont souvent à base de jasmin

Marché aux fleurs
Marché aux fleurs

En route vers chinatown, nous faisons un arrêt au temple Wat Liap (ou Wat Ratchaburana) qui brille de tous ses ors sous le soleil. Nous en faisons le tour, mais malheureusement il est fermé.

Wat Liap
Wat Liap
Wat Liap

Malgré les embouteillages et la pollution on voit des écureuils dans les arbres, ainsi que de nombreux oiseaux notamment des géopélies zébrées (sortes de minuscules tourterelles) et des martins tristes.

Ecureuil
Géopélie zébrée
Martin triste
Chinatown (ou plutôt Yaowarat en thaï) : on y arrive par des rues un peu miteuses mais l’atmosphère change rapidement lorsque l’on gagne les zones commerçantes. Il fait toujours aussi chaud mais certaines rues piétonnes qui débordent de marchandises diverses sont climatisées. Du coup la foule d’acheteurs potentiels est dense (ils sont forts ces chinois).
Chinatown autobus
Chinatown
Chinatown

Ici on sert du requin

Chinatown

Les ventilateurs à main ont beaucoup de succès

Chinatown
Chinatown
Chinatown - en tuk tuk
Retour à l’hôtel en tuk-tuk (200 bahts la course). Il faut marchander (et on paye certainement le tarif « farang ») mais c’est plus agréable que le taxi car on est dehors et le mini véhicule se faufile entre les voitures et fait fi des embouteillages.

Après une bonne bière fraîche au bar de la piscine, passage par notre chambre pour nous changer car une « tenue correcte est exigée » pour accéder au sky bar perché au 64ème étage de l’hôtel Lebua. Un petit quart d’heure de marche plus tard (avec quelques traversées de routes peu confortables), nous nous retrouvons au milieu de touristes attendant pour accéder au bar. Le personnel est strict : shorts, tongs et autre débardeur valent à ceux qui les portent d’être immédiatement refoulés. Dans un premier temps on nous accompagne dans un espace bar extérieur offrant une jolie vue (mais pas du tout celle à laquelle nous nous attendions). Une fois notre premier cocktail consommé, on nous emmène au deuxième bar, situé au niveau du restaurant et depuis lequel la vue est sublime et … où il faut prendre une deuxième consommation. Les cocktails sont très bons (à plus de 20 euros le verre, ils peuvent), la vue est magnifique, mais on a quand même un peu l’impression de s’être fait prendre pour des pigeons !

 Lebua sky bar
 Lebua sky bar
 Lebua sky bar
 Lebua sky bar
 Lebua sky bar
 Lebua sky bar
Retour à l’hôtel en évitant de nous faire écraser. Au passage nous réservons une table pour demain soir au Blue Elephant, un restaurant dans une école de cuisine thaï qui nous a été recommandé par un ami.

Jour précédent : J1                                                                  Jour suivant : J3