Jour 6 : Musée national – Silom road

La journée d’aujourd’hui nous laisse une impression d’avoir été un peu ratée car nous avons perdu beaucoup de temps (rien de catastrophique cependant). Après une courte nuit interrompue par un coup de téléphone du travail à 2 heures du matin après lequel nous avons eu beaucoup de mal à retrouver le sommeil, la matinée avait plutôt bien commencé.

Chao Phraya river

Nous avons pris le bateau touristique (pour pouvoir un peu profiter du paysage) jusqu’à la station n°13 (Phra Arthit) et croisé de nombreux remorqueurs, des long-boats dont les moteurs puissants les font presque voler sur l’eau et de curieux bateaux-poubelles qui nettoient le fleuve des déchets humains et des tapis de jacinthes d’eau qui prolifèrent par endroits.

Chao Phraya river
Chao Phraya river

Bateau poubelle

Chao Phraya river

Une des nombreuses écluses que l’on aperçoit le long du fleuve

Chao Phraya river

Une pagode au bord de la rivière

Chao Phraya river
Chao Phraya river

En route pour le musée national, nous nous faisons accoster par un passant parlant anglais (probablement un rabatteur de tuk-tuk) qui nous informe qu’aujourd’hui est un jour férié, qu’il vaut mieux aller au musée l’après-midi car le matin il est pris d’assaut par des scolaires, que les tuk-tuk jaunes ne prennent aujourd’hui que 40 bahts la course et qu’il faut aller visiter deux temples qui font l’objet d’une ferveur particulière à l’occasion de la fête du jour. Là-dessus il fait signe à un chauffeur de tuk-tuk. Nous hésitons un peu, puis, va pour les temples, nous verrons bien. Le premier temple est affublé d’un gigantesque bouddha doré. L’endroit ne vaut pas tripette hormis l’étonnant spectacle des nombreux stands qui proposent aux fidèles des bondieuseries toutes plus kitsch les unes que les autres.

Temple au bouddha géant
Temple au bouddha géant
Temple au bouddha géant
Temple au bouddha géant
Temple au bouddha géant
Temple au bouddha géant

Le tuk-tuk nous a attendu comme prévu et nous emmène à l’autre temple. Là encore le temple lui-même a peu d’intérêt mais il est entouré de jolies maisons de moines.

Maison de moines
Maison de moines

Quand Patrice demande au conducteur de tuk-tuk de nous accompagner comme prévu au musée national, celui-ci rechigne en disant que nous devons passer par une boutique, sinon le prix de la course n’est plus de 40 bahts pour tout le circuit, mais de 200 bahts. Il n’y a pas d’autre tuk-tuk en vue et nous n’avons aucune envie d’aller nous faire arnaquer dans un quelconque magasin de cochonneries, ce sera donc 200 bahts. L’homme tire la gueule mais nous conduit au musée national.

Musée national
Musée national

L’entrée est gratuite aujourd’hui et il y a des centaines de scolaires sur le site.  Nous laissons nos sacs à la consigne et commençons la visite du musée et là, c’est la déception de la journée : une grande partie des salles sont fermées pour rénovation et ce qui est ouvert, à l’exception d’une magnifique chapelle royale, a un intérêt limité : une petite maison rouge en teck à peine meublée, d’énormes chariots funéraires royaux (plus clinquants que beaux), un peu de statuaire khmer et quelques bouddhas (beaux mais sans explication ni chronologie). Si on rajoute à cela quelques salles avec des objets poussiéreux et des morceaux de statues, on a fait le tour des collections du musées qui sont présentées ! En l’état actuel, le musée mérite tout juste la visite (nous aurions dû nous méfier car si le Routard était dithyrambique, le Lonely était beaucoup plus réservé).

Musée national

La chapelle royale et le plafond d’un petit temple (ou halle)

Musée national
Musée national
Musée national
Musée national

Chariots funéraires royaux

Musée national
Musée national
Musée national
Musée national
Musée national
Musée national
Musée national

Bouddha et moines en goguette

Musée national
Musée national

Pour faire les photos de classe, les moines sont aussi dissipés que les enfants !

Musée national

Nous nous faisons ensuite emmener jusqu’au Vimanmek palace (ou Dusit palace) qui est un coup de cœur dans nos deux guides. Le conducteur de tuk-tuk nous abandonne devant un panneau où nous lisons avec stupeur que ce musée est fermé depuis bientôt deux ans ! (Merci les guides pour vos informations à jour). Le ciel est plus que menaçant et le quartier rempli de casernes et de bâtiments officiels gardés par des militaires n’est guère folichon. Il y a beaucoup de voitures mais ni taxi ni tuk-tuk en vue. Nous partons donc à pieds en espérant que l’orage ne sera pas pour tout de suite…

Bangkok
Bangkok

L’idée est de couper au plus court jusqu’au fleuve pour prendre un bateau. Nous suivons le premier khlong rencontré et nous traversons un marché aux poissons.

Bangkok
Bangkok - marché au poisson
Bangkok - marché au poisson
Bangkok - marché au poisson
Bangkok - marché au poisson

Piments, anguilles, serpents et un curieux poisson en plastique avec les tripes à l’air

Bangkok - marché au poisson

Sur le principe que tous les chemins mènent à Rome, un khlong qui se respecte finit par se jeter dans le Chao Phraya. Nous nous retrouvons donc sur un embarcadère à attendre le passage d’un bateau. En observant la surface de l’eau, nous apercevons de gros poissons. J’avise au même moment une dame âgée qui vend des sachets de morceaux de pain ou de brioche. Elle me fait signe que c’est pour nourrir les poissons. En attendant notre bateau nous lançons le contenu d’un sachet dans l’eau et nous sommes effarés par le nombre et la grosseur des poissons-chats qui se précipitent pour gober le pain ! Retour en bateau sous la pluie, mais le soleil pointe à nouveau ses rayons lorsque nous arrivons à l’hôtel.

Bangkok - Chao Phraya river
Bangkok - Chao Phraya river

Des poissons-chats particulièrement voraces

Bangkok - Chao Phraya river
Bangkok - Chao Phraya river

Nous ressortons vers 18h pour aller faire un tour au marché de nuit de Pat Pong. Ce marché occupe la partie centrale d’une rue dédiée aux bars à putes. Le marché lui-même est une succession de stands qui vendent les mêmes cochonneries criardes. Pour l’instant, à part dans la boutique de la maison de Jim Thompson et à un moindre degré dans le marché de Chatuchak, nous n’avons pas vu de bel artisanat. Nous quittons vite cet endroit sans intérêt. Deux rues plus loin, nous tombons sur le marché de Silom road, une série de petites cuisines ambulantes et quelques tables sur le trottoir. Cette cuisine de rue est très sympathique. Les plats « minute » sont faits devant les clients. Nous goûtons un assortiment de beignets dont certains à base de grosses fleurs mauves. Un peu plus loin nous nous asseyons pour déguster des nouilles de riz, trempant dans un bouillon de poisson avec des raviolis, des morceaux de porc et des légumes (très bon, 35 bahts la part que nous partageons car c’est très copieux). Nous finissons par une sorte de crêpe à la banane. Notre vendeuse étale à la main une pâte un peu épaisse (genre pâte à bugnes) puis la dépose dans une poêle où grésille de l’huile. Elle pose dessus un œuf qu’elle étale à la spatule puis quelques morceaux de banane. Elle replie le tout façon coussin puis le retourne à plusieurs reprises jusqu’à ce que les deux faces soient dorées. Elle recouvre enfin l’ensemble avec du miel avant de nous le donner. C’est bon mais particulièrement riche !

Bangkok - Marché de silom road
Bangkok - Marché de silom road
Bangkok - Marché de silom road
Bangkok - Marché de silom road
Bangkok - Marché de silom road

Les crêpes à la banane façon Thaï

Bangkok - Marché de silom road
Bangkok - Marché de silom road
Bangkok - Marché de silom road
Bangkok - Marché de silom road

Retour à l’hôtel. Nous finissons la soirée au bord de la piscine et Patrice en profite pour piquer une tête.

Jour précédent : J5                                                           Jour suivant : J7