NOTRE VOYAGE AU MEXIQUE ET AU GUATEMALA

Trois semaines de vacances en août 2005 au Mexique et au Guatemala avec deux petites incursions au Honduras et au Belize. Ce fut pour nous le voyage des premières fois : premier voyage en famille aussi loin de nos bases, premier voyage en Amérique latine, premier voyage avec un petit appareil numérique en complément de l’argentique et premier voyage en groupe et le seul jusqu’à présent (hormis quelques jours en mini groupe en Chine).

ORGANISATION DU VOYAGE

Nous avons choisi un voyage de Clio, organisme qui propose des voyages « culturels et historiques », organisé autour des sites mayas d’Amérique centrale et accompagné par une archéologue. https://www.clio.fr/

Nous n’avons eu à gérer que notre déplacement sur Paris. L’organisation du voyage a été globalement satisfaisante même si les guides locaux (en particulier au Mexique) n’étaient pas toujours à la hauteur.

Ne pas oublier dans ses bagages : répulsif à moustiques, bonnes chaussures pour les sites et lampe de poche pour les hébergements dans la nature

Vous trouverez quelques idées de lecture et un aperçu des cuisines locales dans les dossiers de la page d’accueil 

Le groupe

Notre sympathique guide-archéologue: Brigitte

Nos non moins sympathiques accompagnants guatémaltèques : Manuel (guide) et Pedro (chauffeur) 

Les amies suisses à la retraite : Jacqueline et Michelle

Les jeunes (frère et sœur) : Christine et Thierry

Les montagnards : Christian et Annie, Viviane

Les deux copines avignonnaises : Eliane et Françoise

Les parisiens : Michèle et Dominique ; Marie-Aline et Jean-Pierre ; Sophie; Jean Michel et Rita

Et notre petite famille : Laurent et Hélène (adolescents à l’époque), Patrice et moi.

BILAN DU VOYAGE

Beau voyage qui a parfaitement correspondu à nos attentes. Nous avons eu quelques vrais coups de cœur : Palenque, Copan, Tikal, Livingston et le Rio Hondo. Sans être particulièrement séduits par la formule « groupe », nous avons sympathisé avec les autres participants et certains d’entre eux sont même devenus des amis.

Et si c’était à refaire : nous supprimerions le passage par le Belize qui impose de nombreuses heures d’autocar pour visiter un site sans grand intérêt et un petit musée. Par contre nous aurions volontiers passé une journée de plus à Mexico pour pouvoir nous attarder un peu devant les fresques de Rivera, dans le musée archéologique et pour visiter la maison de Frida Kahlo. Avec quelques jours de plus, on aurait pu également aller sur les sites de Bonempak au Mexique et d’El Mirador au Guatemala. Ce dernier ne se visitait pas en 2005 mais actuellement on peut y accéder via un trek. A noter que le voyage en groupe ne permet pas de s’attarder sur la faune et la flore alors qu’elles sont particulièrement riches dans cette partie du monde.

QUELQUES MOTS SUR LES MAYAS

Petit résumé de la chronologie de la civilisation maya :

Même s’il existait un peuplement humain antérieur, on commence à avoir des données fiables sur les Mayas environ 2000 ans av JC. Les plus anciens monuments retrouvés sont des sculptures d’inspiration olmèque, des stèles verticales avec des autels bâtis à côté (hautes terres du Guatemala). L’iconographie représente des sacrifices. Secondairement, le peuplement de déplace vers les basses terres en direction des sites de Tikal et du Mexique, jusqu’au nord du Yucatan. Il existe une homogénéité culturelle à partir de 1000 av JC. A partir de 900 av JC, l’architecture devient monumentale avec de grandes pyramides en pierre et de grandes places.

Avec l’écriture on parle d’époque classique. La première stèle datée est retrouvée à Tikal (292). Pendant la période classique apparaissent les grandes capitales mayas dont Tikal, Copan et Palenque. Il existe des sites beaucoup plus petits que l’on désigne sous le terme de « maisonnée » (une plate-forme et quatre maisons) et qui correspondent à un groupe familial. Le système d’habitat est dispersé, les gens vivent loin des centres cérémoniels. La majorité de la population est représentée par les paysans (culture du maïs), mais il y a aussi des artisans spécialisés, une administration et la famille royale. Les lignages nobles occupent des postes importants. En général sur un site classique on retrouve un temple pyramide, un palais et un terrain de jeu de balle, même s’il existe des styles régionaux.

La période classique s’achève en 909. Après on parle de post classique. Les grands sites sont abandonnés (sans destruction, sauf exception). L’essentiel du peuplement se déplace dans la péninsule du Yucatan. Les causes évoquées sont nombreuses : épidémies, catastrophes naturelles, guerres. A partir de cette époque et jusqu’à la conquête espagnole, s’installe une civilisation mixte, Maya-Toltèque. La société est gouvernée par des castes guerrières et non plus par le roi. De 1200 à la conquête, on parle de période post classique récente. Les familles dirigeantes se mettent à faire du commerce. Le Yucatan et les hautes terres du Guatemala sont secoués de guerres constantes. C’est la situation que trouvent les espagnols, une civilisation décadente. La colonisation du Yucatan par les espagnols est plus tardive et beaucoup plus longue qu’en pays aztèque. Elle débute en 1520 et s’achève en 1696. Cette longueur s’explique par le fait qu’il n’y a pas de structure centralisée (à la différence des aztèques) et que par contre il existe une tradition de rébellion.

Retour accueil du site                                                                    Début du voyage : J1