Jour 13 : AUTOUR D’UBUD

Il a plu pendant la nuit et il tombe encore quelques gouttes quand nous nous levons mais heureusement l’averse matinale est de courte durée. Petit déjeuner à l’hôtel assez classique et assez léger alors que nous commencions vraiment à nous habituer aux œufs le matin. A noter une très bonne confiture maison (fruits indéterminés mais il y a de la mandarine).

 

Jardin du Waka Namya - Ubud
Jardin du Waka Namya - Ubud - Clerodendrum

Quelques jolies fleurs dans le jardin du Waka Namya

Jardin du Waka Namya - Ubud - Crinum amabile

Notre guide est là à 9 heures tapantes et nous prenons la direction du musée Néka. Musée privé d’un collectionneur et marchand d’art (Sutéja Néka) où l’on peut admirer dans une habitation balinaise pavillonnaire et au milieu d’un beau jardin, des œuvres classiques magnifiques de peintres balinais et quelques tableaux contemporains très réussis. Nombreuses toiles d’un peintre hollandais et de ses élèves qui ne trouvent grâce aux yeux d’aucun des membres de la famille, belle collection de photographies en noir et blanc de la Bali ancienne et superbe exposition de kriss (le couteau traditionnel en forme de serpent).

 

Musée Neka - Ubud
Musée Neka - Ubud
Musée Neka - Ubud
Musée Neka - Ubud
Musée Neka - Ubud

Mélange d’oeuvres traditionnelles anciennes et de peintures plus contemporaines

Musée Neka - Ubud
Musée Neka - Ubud
Musée Neka - Ubud
Musée Neka - Ubud
Trajet autour d'Ubud

Goa Gajah, grotte de l’éléphant. Comme pour tous les sites religieux, il faut ici revêtir un sarong (ou au choix un pantalon) et une ceinture de prière pour pouvoir entrer. On emprunte ensuite un petit escalier qui descend jusqu’à un grand bassin double dont les fontaines sont des personnages féminins. A côté, une grande tête sculptée à même la roche marque l’entrée d’une grotte. A l’intérieur une statue de Ganesh semble particulièrement vénérée. Le site est très ancien (vestiges hindo-bouddhiques s’étendant du 8ème au 14ème siècle). L’autre intérêt de l’endroit, c’est sa végétation, luxuriante à souhait avec la présence d’eau un peu partout.

 

Goa Gajah - Bali
Goa Gajah - Bali
Goa Gajah - Bali
Goa Gajah - Bali
Goa Gajah - Bali
Goa Gajah - Bali
Goa Gajah - Bali
Environs d'Ubud - chenille poilue

Une chenille très poilue

Environs d'Ubud

Officiellement les combats de coqs sont interdits depuis 2005 mais officieusement …

Quelques kilomètres plus loin nous faisons un arrêt à Gunung Kawi. Là il faut descendre près de 300 marches pour accéder aux monuments funéraires d’un roi, de sa famille et de ses quatre concubines. Passé une arche de pierre, de part et d’autre de la rivière, apparaissent de grands monuments taillés dans la falaise, dédiés à ces rois et reines du XIème siècle. Chaque monument funéraire fait 7 mètres de haut. Sur le même site, petit « temple » où l’on ne pénètre que nu-pieds. Très belle végétation. Avec la chaleur et le sarong autour de la taille, la montée est un peu difficile !

 

Tombeaux de Gunung Kawi
Tombeaux de Gunung Kawi
Tombeaux de Gunung Kawi
Tombeaux de Gunung Kawi

Dans tous les temples il faut retirer ses chaussures

Tombeaux de Gunung Kawi
Tombeaux de Gunung Kawi

Le chemin remonte au milieu de rizières

Tombeaux de Gunung Kawi
Tombeaux de Gunung Kawi

Source de Tirta Empul : encore un joli endroit. Ici ce sont les bains qui sont sacrés (il paraît que Sukarno s’était fait construire une énorme villa dominant le site afin de pouvoir tranquillement se rincer l’œil, mais tout cela ma bonne dame ce ne sont que des commérages). Les pèlerinages sont apparemment fréquents : pendant notre visite un groupe de japonais arrive avec des offrandes et un des prêtres commence une cérémonie. Nombreuses statues et environnement végétal très agréable.

 

Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul

Offrande ou canang. La chique de bétel (porosan) est l’ingrédient fondamental de toute offrande.

Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul
Source de Tirta Empul

Nous reprenons cette fois la voiture pour le village de Kintamani où nous nous installons dans un restaurant panoramique avec vue splendide sur le volcan Batur et le lac du même nom. C’est naturellement très touristique mais le repas buffet est tout à fait correct et le point de vue réellement magnifique. Les enfants essaient en dessert un improbable riz gluant au chocolat et à la banane. Parfois de gros nuages noirs traversent le ciel et la température chute brutalement car nous sommes quand même à 1700 mètres d’altitude. Ici la culture principale est la mandarine et les arbres croulent sous les fruits.

 

Volcan et lac Batur
Volcan et lac Batur
Annonce d'un mariage
Annonce d'un mariage

Le pénjor est un bambou orné dont l’extrémité évoque la queue de Barong. Ici il annonce qu’il y a un mariage dans la maison. 

Annonce d'un mariage

Sur la route de retour vers Ubud nous nous arrêtons aux bassins sacrés de Sebatu. L’endroit est charmant avec des bassins remplis d’énormes carpes que l’on peut nourrir à la main (plusieurs paquets de crackers vont y passer). C’est assez drôle de se faire happer les doigts par ces grosses bestioles qui n’hésitent pas à sortir la tête de l’eau pour attraper nos biscuits. Le temple est également joli avec cette fois des personnages grimaçants très colorés.

Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Bassins sacrés de Sebatu
Rizières

Joli point de vue sur des rizières

Retour à Ubud. Nous sommes vraiment surpris du nombre de fabriques artisanat de tous les pays qui bordent les routes. Pendant des kilomètres, nous avons sous les yeux tous les objets plus ou moins « exotiques » qui seront vendus chez nous ces prochains mois : meubles, lampes marocaines en peau, masques africains, pères Noel, Pinocchio, phares bretons. Le catalogue complet de Maison du Monde ou Exopotamie ! Le tout est destiné à l’exportation et il faut avouer que c’est assez déprimant ! Retour à l’hôtel après avoir acheté une provision de timbres car il devient vraiment urgent d’envoyer les cartes postales. Il faut noter à notre décharge que nous n’avons trouvé aucune carte postale à Java. Nous nous faisons raccompagner au « centre-ville » par le chauffeur de l’hôtel et c’est parti pour une heure de shopping.

Nous enchaînons par un spectacle de danses balinaises, la danse du Légong ou danse de cour. Le spectacle a lieu juste en face du marché. De nous quatre, seul Patrice est convaincu. Personnellement je trouve les danses pas mal (quoique la symbolique m’échappe complètement), les costumes magnifiques, mais la musique épouvantable. C’est une musique effroyablement dissonante et par moments je suis obligée de me boucher les oreilles ! La gestuelle des danses est bizarre avec en particulier des mouvements latéraux des yeux extrêmement brutaux alors que le reste du temps les yeux sont tenus fixes et grand ouverts. Visiblement le battement de cils est interdit !

 

Danse du Legong
Danse du Legong
Danse du Legong
Danse du Legong
Danse du Legong
Danse du Legong

A la fin du spectacle, on ne sait pas trop où aller manger car c’est un peu tard (et ici il faut manger avant 20 heures). On trouve une table au Pradha Café, une adresse du Routard un peu à l’écart de la grande route. Soupe locale pour les garçons puis pâtes (pesto ou napolitaines) pour tout le monde car les intestins commencent à souffrir un peu de la cuisine indonésienne. Retour via le véhicule de l’hôtel : vraiment pratique !

Nuit à l’hôtel Waka Namya à Ubud

 

 Jour précédent : J12                                                                    Jour suivant : J14