Jour 22 : Rivière Chobe – Ile Impalila

Au petit matin, un martin pêcheur huppé vient s’installer sur l’un des cordages de notre embarcation et l’utilise comme base pour pêcher. Il n’y a pas encore beaucoup de lumière mais je l’observe, magnifique avec sa houppette bleue toute ébouriffée, attraper des poissons et les assommer contre le cordage avant de les avaler. A 7 heures, nous larguons les amarres et le bateau fait mouvement vers Kasane et son île de rattachement. Nous montons sur le pont pour profiter du paysage.

C’est l’heure de la pêche pour tout le monde

Rivière Chobe
Rivière Chobe - Impalas
Rivière Chobe
Rivière Chobe - Impalas

A cette heure matinale, de nombreux pêcheurs sont occupés à relever leurs filets

Rivière Chobe
Rivière Chobe
Rivière Chobe
Rivière Chobe - Grande Aigrette
Rivière Chobe

Toujours beaucoup d’animaux, pas mal de buffles, d’éléphants et d’hippopotames et même deux espèces d’oiseaux que nous n’avions encore jamais croisées, un héron Goliath et un martin pêcheur géant.

Rivière Chobe
Rivière Chobe - Héron Goliath

Installation à l’Ichingo Chobe river lodge vers 10 heures. L’endroit est sympathique. Le lodge est installé au bord de la rivière, à un endroit où elle se rétrécit, juste avant une série de rapides. Notre chambre-tente est très confortable et l’accueil est fort souriant.

Rivière Chobe

Certains touristes viennent ici pour pêcher (mais après photo on remet les poissons dans l’eau, parc national oblige)

Rivière Chobe - arrivée au lodge
Ichingo Chobe River lodge
Ichingo Chobe River lodge
Ichingo Chobe River lodge

Nous repartons rapidement pour faire un nouveau tour en petit bateau à moteur : des dizaines de tantales ibis et de cormorans nichent dans des arbres sur la rivière. Les arbres sont blancs de fientes d’oiseaux et selon notre guide, la végétation ainsi colonisée finit par mourir. Nous voyons beaucoup d’oisillons de tantales ibis encore au nid, vraies boules de duvet blanc, et des jeunes gris et blancs qui n’ont pas encore leur plumage d’adultes. A noter que l’endroit est infesté de crocodiles qui attendent pour croquer les oiseaux maladroits ou qui tombent du nid !

Tantales ibis et cormorans

Les arbres plient sous le poids des oiseaux

Tantales ibis et cormorans
Tantales ibis adultes, jeunes et bébés
Tantales ibis
Tantale ibis jeune
Cormoran d'Afrique
Cormoran d'Afrique
Anhinga d'Afrique

Un peu plus loin nous croisons quelques loutres à cou tacheté et des anhingas qui sèchent au soleil.

Hirondelle à longs brins
Rivière Chobe

Quelques hirondelles à longs brins viennent se poser sur notre barque puis nous assistons à une magnifique scène avec une famille d’hippopotames, un gros mâle, plusieurs femelles et des petits. Bâillements à s’en décrocher la mâchoire, jeux dans l’eau, puis après avoir débarbouillé le petit, Madame mord son homme pour le faire bouger!

Hippopotame
Hippopotame
Hippopotame
Hippopotame
Hippopotame

Ca y est , tout le monde est réveillé !

Impalas et phacochères

Encore beaucoup d’oiseaux, de phacochères, de girafes, d’impalas, avant de revenir au lodge vers 13 heures pour le repas.

 phacochères
Girafe
Elephants
Tantale ibis

Nous partageons la table avec deux australiennes, la mère et la fille, et deux allemandes un peu âgées qui parlent à peine l’anglais. Dans l’après-midi nous partons à pieds faire une promenade dans l’île Impalila. La végétation est sèche mais par endroits les arbustes commencent timidement à fleurir. L’île est une prolongation de la bande de Caprivi. A son niveau et par le biais des rivières, quatre pays se rejoignent : la Namibie, le Botswana, la Zambie et le Zimbabwe. Ici les quelques villageois vivent de la pêche et de cultures dès qu’il pleut car la terre est riche grâce aux alluvions apportées par les deux rivières, la rivière Chobe et la Zambezi. Les cultures sont protégées des animaux par des haies d’acacias dont les épines sont redoutables, les poules sont enfermées la nuit dans des cages en hauteur pour éviter de se faire dévorer… il faut s’adapter ! Très nombreux calaos qui volent d’arbre en arbre.

Ile impalila
Ile impalila

Poulaillers en hauteur

Ile impalila
Ile impalila
Ile impalila - village
Ile impalila - village
Ile impalila

Les branches d’acacias sont disposées à terre afin d’empêcher les animaux de venir détruire les cultures. A droite, un acacia nigrescens au tronc couvert d’excroissances

Après environ 1 heure et demie de marche nous arrivons aux pieds d’un baobab géant, impressionnant et magnifique. Malgré les injonctions de notre guide à escalader l’énorme tronc pour aller admirer la vue, nous ne nous lançons pas dans l’aventure et préférons rester sur le plancher des vaches. Notre guide continue à pieds vers son village et un membre du lodge vient nous récupérer en voiture.

Ile impalila - acacia nigrescens
Ile impalila - Baobab
Ile impalila

Quelques arbres en fleurs annoncent le printemps

Ile impalila - racines de baobab

Petite détente avant le repas du soir, cette fois en compagnie du propriétaire des lieux. C’est un homme d’un certain âge qui tient la baraque avec deux jeunes filles. Le cuisinier est un jeune blanc qui est allé se former trois ans en Allemagne. Longue discussion sur la vie des villageois et la surpopulation animale, notamment celle des éléphants qui seraient devenus trop nombreux au Botswana. Pour les villageois, l’animal à craindre est l’hippopotame : on dénombre une douzaine de décès par an chez les pêcheurs du coin. L’hippopotame a beau être végétarien, il a horreur d’être dérangé et il est de plus assez belliqueux. En ce qui concerne les crocodiles, et toujours d’après notre hôte, depuis que des canalisations ont été installées pour apporter l’eau dans les villages, les femmes ne lavent plus le linge à la rivière et il n’y a plus d’accident avec les crocodiles. Très bon repas pour lequel nous ne manquons pas de féliciter le jeune cuisinier. Nuit calme à l’exception de quelques sauts de singes sur le toit de la tente.

Nuit à l’Ichingo Chobe river lodge

www.ichobezi.co.za

Jour précédent : J21                                                                  Jour suivant : J23