Jour 6 : Clanwilliam – Namaqualand – Springbok

Ce matin il pleut, comme prévu… Il y a beaucoup d’oiseaux autour de la maison mais trop peu de lumière pour les photographier et même pour les identifier correctement. Petit déjeuner sympa dans le bâtiment principal avec des muffins maison, des œufs au bacon et de la salade de fruits frais. Achat de produits à base de rooibos, végétal que l’on trouve exclusivement ici et qui sert à faire des tisanes et des produits de soin.

Le rooibos (littéralement « buisson rougeâtre » en afrikaans, prononcer « roï-boss », nom scientifique Aspalathus linearis) est un « arbuste faisant partie du même ordre que les acacias. Il pousse exclusivement en Afrique du Sud dans les montagnes du Cederberg. Des essais de culture du rooibos ont été faits dans d’autres pays aux climats similaires, sans succès. Il semble que l’arbuste ait besoin d’un climat et d’un sol très spécifiques pour se développer ». (Wikipedia)

Clanwilliam - Springbok
Clanwilliam sous la pluie

Il pleut, il pleut et nous avons presque 400 kilomètres à faire aujourd’hui. Petit tour par le barrage de Clanwilliam avant de prendre la route vers le nord. Traversée du Namaqualand, la fameuse route des fleurs. Les paysages sont jolis mais avec la pluie les fleurs sont toutes fermées : c’est râlant. Arrêt vers 13h dans un bled au milieu de nulle part. Mauvais hamburger et café pisseux. Tout le monde s’adresse à nous en afrikaans. On sent le coin où les gens s’ennuient ferme et ne croisent guère de monde. Le café vend des pelotes de laine de couleur criarde, des robes tricotées redoutables, des chats en plastique, des photos genre calendrier des P&T et tout un tas d’objets moches et hétéroclites. Cela ne doit pas être marrant tous les jours de vivre ici (même avec internet).

Clanwilliam barrage
route Clanwilliam - Springbok
route Clanwilliam - Springbok
route Clanwilliam - Springbok

Pause de 13h

route Clanwilliam - Springbok

Succession d’averses violentes et de moments où le ciel se dégage. Arrivée à notre hébergement vers 15 heures, Naries Namakwa Retreat, en pleine campagne à 27 kms de Springbok. Heureusement la pluie s’est définitivement arrêtée. Nous sommes logés dans la partie « manor », une jolie chambre avec une terrasse donnant sur le jardin et des massifs de lavandes. Les Schinus molle qui sont devant la bâtisse sont remplis de tisserins du Cap affairés à fabriquer leurs nids. Egalement quelques euplectes à croupion jaune et des francolins à ailes grises qui gloussent dans les buissons. 

Naries manor house
Naries manor house

Dans la chambre nous avons trouvé une liste impressionnante de bestioles qui vivent dans le coin, dont pas mal de serpents venimeux, mais à part quelques oiseaux nous ne croisons pas d’animaux. Joli paysage et promenade bien agréable. Bruno, le labrador du domaine, est venu faire copain-copain et nous accompagne une partie du chemin.

Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house
Promenade autour de Naries manor house

Petite glandouille dans le salon autour du poêle à bois qui réchauffe agréablement l’atmosphère en attendant le dîner. Fauteuils confortables et beau choix de livres sur la région, la faune et la flore. Aujourd’hui le repas était compris dans le prix de la chambre. Agréable et bon : salade de calamars, curry de poulet pour moi et carré d’agneau pour Patrice, crème brûlée, le tout avec un petit vin rouge sympa.

 

Nuit à Naries Namakwa Retreat

www.naries.co.za

Jour précédent :  J5                                                                 Jour suivant : J7